Le lait d'anesse

Composition su lait d'anesse

Les bienfaits du lait d’ânesses sont reconnus depuis l'antiquité.

La légende est aussi réputée que les pyramides qui lui servent de décor : la reine Cléopâtre, afin de préserver la jeunesse de sa peau, se prélassait - dit-on - dans des bains au lait d'ânesse. Jules César aurait-il vendu la mèche de retour à Rome ? En tout cas, Messaline et Poppée, épouses des empereurs Claude 1er et Néron, adoptaient à leur tour cette recette de beauté et furent imitées bien des siècles plus tard par Pauline, la sœur de Napoléon. On prête même à François 1er, remis sur pied après une cure de lait d'ânesse, le trait d’esprit suivant : « Je dois ma santé davantage aux ânes qu'à la Faculté. »

Le lait d’ânesse est en effet exceptionnel, très proche du lait maternel de par sa composition chimique et son pH, il est également riche en vitamines (A, B1, B2, B6, D, C, E), en acides gras, en minéraux et en oligo-éléments (calcium, magnésium, phosphore, sodium, fer, zinc).

Le lait d’ânesse est un tenseur naturel et donc un excellent produit ralentissant le vieillissement cutané. Sa remarquable composition en protéines, phospholipides, céramides et glucides lui confère des propriétés adoucissantes et re-structurantes, très efficaces sur les peaux fragilisées (eczéma, psoriasis, acné...). Bien entendu, le lait d’ânesse ne fait pas tout, tout seul : présent à hauteur de 10 % à 30 % dans mes formules, je l’associe à des huiles végétales -telles que l’huile de calendula ou l’huile d’argan -, à des huiles essentielles, à du miel ou à d’autres herbes aromatiques aux propriétés antifongiques, antiseptiques, anti-inflammatoires, cicatrisantes, hémostatiques…

Autant d’associations idéales pour raffermir et/ou réparer la peau.